Close
Book Your Reservation

Lors d’une chute vers l’avant ou sur le côté, on se protège en plaçant la main ouverte devant soi, poignet en extension.  L’avant-bras pourrait ne pas le supporter et il pourrait en résulter une fracture, souvent localisée près du poignet. Des fractures qui peuvent résulter de ces chutes, celle du radius est la plus fréquente.

S’il y a fracture, il y a évidemment une douleur vive suivie d’un gonflement qui apparaît rapidement. Le poignet est déformé et les mouvements sont douloureux. Une radiographie s’impose et le médecin décidera s’il doit opérer pour réduire la fracture.

Un plâtre (ou 1/2 plâtre) posé pour 2 à 6 semaines puis la physiothérapie pourrait être recommandée afin de recouvrir le plus rapidement possible, la mobilité et la force musculaire. Lorsque l’impact est reçu du côté interne ou si la chute se produit avec la main fermée, mais le poignet toujours en extension, il peut y avoir une fracture du scaphoïde (un des petits os du poignet, aussi appelé naviculaire).

fracture-poignet01Cette fracture est plus difficile à déceler on peut la confondre avec une contusion car il y a une moins grande perte de force et de mobilité.   De plus, les premières radiographies peuvent s’avérer négatives.   Le médecin prudent demandera de nouveaux clichés après 10 jours à la recherche d’un cal osseux (premier signe d’un os en guérison).   Car si le trait de fracture peut être invisible, les premières traces de guérison de l’os, 10 jours plus tard, sont plus évidentes.

Le scaphoïde (ou naviculaire) peut démontrer des difficultés à consolider.   Les vaisseaux sanguins qui alimentent cet os sont souvent déchirés lors de la fracture.   Si tel est le cas, même après plusieurs semaines de plâtre, les deux fragments de l’os ne seront pas consolidés et une chirurgie avec greffe osseuse peut s’avérer nécessaire.   La séquelle la plus fréquente est alors la persistance d’un manque d’extension du poignet.

En physiothérapie des exercices et des mobilisations interosseuses seront effectuées.

Capture d’écran 2014-12-05 à 12.13.00

Il faut aussi être vigilent à d’autres douleurs résultantes de cette chute. Si l’impact a été suffisamment intense pour fracturer un os, il est possible que l’effet du traumatisme se soit propagé à d’autres zones du corps. Le physiothérapeute autant que l’ostéopathe en tiendront compte.

Partager